Robotisation des PME

La robotisation s'impose peu à peu dans les PME françaises

Les robots partent à la conquête de l'industrie. Selon une étude récente publiée par la Fédération internationale de robotique (IFR), en 2016, il s'en est vendu 294 000 exemplaires à travers le monde, soit une hausse de 16% par rapport à 2015.

En matière de robotique, la France n'est pas en reste. Le pays a connu une hausse importante de ses achats, avec 4 200 nouveaux automates (+39%) par rapport à 2015. Toutefois, ce sont principalement les pays asiatiques (Chine, Corée, Japon en tête) qui achètent des robots devant les États-Unis et l'Allemagne. La France arrive seulement à la onzième place du classement derrière l'Italie et l'Espagne. Un retard qui pourrait coûter cher aux PME françaises qui constituent en grande partie le tissu industriel français.

Pourtant, comme l'explique le Syndicat des machines et technologies de production (Symop), « la robotisation est un levier efficace pour maintenir l’activité et l’emploi en France, et relocaliser. Elle constitue une réponse adaptée à la nécessité de montée en gamme et en qualité de l’industrie française dans un contexte de concurrence internationale accrue ». Un argument de poids pour la France qui a perdu 750 000 emplois industriels et fermé 900 usines sur les 3 dernières années..

Cobotique/robotique : l'avenir des PME 

La Robotique, avenir des PME

Pour compléter son argumentaire pro-robotique, le Symop peut compter sur l'arrivée des cobots particulièrement adaptés aux besoins des PME. A la différence du robot traditionnel qui répète inlassablement les mêmes gestes, protégé par des grilles pour éviter l'accident, le robot collaboratif ou cobot est mobile, tourné vers l’interaction et l’accompagnement dans la réalisation des tâches assurées par l’Homme. « Cette nouvelle génération de robots sont accessibles aux PME pour de l'investissement industriel. Ils sont plus flexibles, plus adaptables, reprogrammables et coûtent dix fois moins cher que les robots traditionnels  (leur prix varie de 30 000 euros pour un poids léger à plusieurs millions d'euros, NDLR)», observe Catherine Simon, présidente fondatrice du salon de la robotique Innorobo. Si les cobots représentent encore une toute petite part des robots industriels (moins de 2 %), leurs ventes ne cessent d'augmenter. En 2015, il s’est vendu 4 300 unités dans le monde, contre 2 500 en 2014. Une progression qui n'est pas prête de s'arrêter puisque Barclay Equity Research prévoit 150 000 ventes en 2020.

Cobotique/robotique : des solutions pour s'équiper

La robotique, la solution pour s'équiperPour encourager les PME à sauter le pas, plusieurs dispositifs ont vu le jour. Lancé en 2013 par le gouvernement, le programme « ROBOT Start PME » proposait d'accompagner techniquement et financièrement les PME dans l'acquisition de leur premier robot. Quatre ans après sa mise en œuvre, le bilan est plutôt positif. Pour près des deux tiers des entreprises, l'installation de cet équipement robotique s'est traduite par une meilleure efficacité industrielle et par de nouveaux marchés. Selon le Centre technique des industries mécaniques (Cetim), à l'origine de ce programme, la robotisation a accru la productivité de 84 % des entreprises soutenues par « Robot Start PME » et la rentabilité de 74 % d'entre elles.

Au delà des aides et des subventions, les PME peuvent également se tourner vers la location évolutive particulièrement adaptée à ces matériels de nouvelle génération et très évolutifs. Depuis 3 ans, Realease Capital propose de la location pour les robots et les cobots. Cette société intervient notamment dans le secteur de la soudure et de la logistique/emballage/conditionnement et propose « une solution clé en main » pour les PME : un loyer qui intègre la livraison d'un robot, l'installation, les paramétrages, les réglages, le service associé de maintenance et éventuellement des pièces d'usure qui sont fournies avec le robot.« La location évolutive n'enferme pas les PME dans un achat. Grâce à cette solution, elles peuvent faire évoluer leur équipement en toute liberté pendant la durée du contrat ou à son issue. Realease Capital s'adapte aux besoins de l'industrie qui privilégie et met en avant l'usage plus que la propriété », souligne Isabelle Soret-Monchatre, Directrice Générale Déléguée Industrie au sein de cette société de location évolutive.

Cobotique/robotique : des perspectives d'avenir florissantes

En matière d'emploi, les progrès de la robotique sont généralement pointés du doigt. Pourtant comme l'explique Catherine Simon, il n'y a pas forcément de corrélation. « Ces technologies vont avoir un impact sur les métiers, dans le sens où ils vont les transformer. On peut anticiper et commencer à former les salariés concernés à des compétences supplémentaires basées par exemple sur l'électronique ou le digital. Il ne faut pas oublier non plus que la robotique crée également beaucoup d'emplois. Dans ce secteur, on manque d'intégrateurs pour installer, programmer et former les employés à ces nouveaux outils de production ».

Les perspectives via la robotique

Des métiers d'autant plus recherchés que le secteur de la robotique industrielle se montre de plus en plus innovant. En effet, les spécialistes prévoient le développement du marché de la robotique « cloud » dans laquelle les données générées par un robot sont comparées à celles d’autres robots situés dans le même lieu ou dans d’autres emplacements. Ces réseaux en nuages permettent à des robots connectés de réaliser les mêmes activités mais aussi d'optimiser leur cadence ou leur force. 

 

 

Crédit photos ©Innorobo

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot. Merci.
1 + 13 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.