e-santé

Médecine et e-santé : A quoi ressemblera votre parcours médical dans 4 ans ?

Transformation des usages et de la relation patients-soignants, irruption de la médecine connectée, hiérarchisation du recours au soin : les innovations numériques portées par l’État au travers de la stratégie e-santé 2020 devraient rapidement changer notre quotidien médical. Analyse. 

Après quelques années de flottement, la France commence à mettre en place des actions dans le domaine de la digitalisation médicale avec la stratégie nationale e-santé 2020. Facilitation de la gestion des dossiers en ligne, mise en place du dossier médical partagé, développement de la médecine connectée et des espaces de co-innovation entre professionnels... Annoncé cet été par la ministre de la santé Marisol Touraine, le plan devrait être doté cet automne d’un conseil stratégique composé de professionnels, d’usagers, et d’institutions publiques pour le piloter. Ces innovations numériques mises en exergue dans ce tout nouveau plan e-santé se calquent sur les nombreuses transformations induises par l’irruption de la médecine connectée. Mais concrètement, à quoi ressemblera notre quotidien médical dans 4 ans?

Médecine et e-santé: des secteurs en évolution constante

Du côté des acteurs impliqués, des spécialistes du secteur comme Annabel Dunabavand, conseillère pour les questions de santé auprès de la présidence de la Mutualité Française analysent la stratégie nationale e-santé 2020 comme une « déclaration de politique générale, un plan global qui vient compléter le plan « hôpital numérique » et « territoire de soin numérique », déjà en cours»

Les ambassadeurs Hôpital Numérique / vidéo de l’ANAP

Bien que la spécialiste regrette qu’aucun élément budgétaire n’ait été associé à ce projet national de déploiement de la e-santé, cette dernière salue le fait que la stratégie prenne en compte la réalité des changements qui ont lieu dans le médical. Car c’est un fait : le secteur de la santé a connu une évolution frénétique ces 10 dernières années tant sur le plan des pratiques que de la technologie. Sabrina Schmitt, directrice générale de l’entreprise Optelia IntelliS, spécialisée dans la location évolutive de matériel médical, industriel et High-tech, en a été un témoin privilégié.

«Le secteur de la santé est extrêmement vorace en évolution et en innovation. Mais pas uniquement d’un point de vue technologique. La réglementation également a connu des changements majeurs, et avec elle les matériels se transforment. Tout cela évolue de façon micro et macro. »

Comment ces multiples niveaux de mutation du secteur médical vont-ils influencer notre façon d’être soigné demain ?

Médecine et e-santé : moins de temps à l’hôpital et en consultation

Pour Annabel Dunabavand, les évolutions liées à la digitalisation de la santé vont concourir à changer les usages.

«Cela va transformer les modes de consommation de soin. Le patient va être de moins en moins de temps en consultation et à l’hôpital. »

A noter que la durée moyenne d’hospitalisation, indice de l’efficience des soins est en baisse constante depuis 20 ans en France. Selon les données de l’OCDE, elle est passée de 8,6 à 5,8 jours entre 1985 et 2015. La généralisation de la e-santé et le boom technologique du matériel médical devrait réduire encore ces durées d’hospitalisation à l’avenir. 

« Aujourd'hui l’hôpital ou la clinique vont faire en sorte que le patient réalise le plus court séjour possible dans sa structure. L’enjeu est d’externaliser le plus possible le poste soin. L'ambulatoire change énormément la donne car on est sur une médecine qui est plus rapide et qui se doit d'être plus efficace. On essaie donc de chercher des solutions techniques et matérielles qui vont dans ce sens » analyse Sabrina Schmitt.

Médecine et e-santé : modifications des interaction soignants-soignés

La santé du futur  rime donc avec des séjours hospitaliers toujours plus courts. Ce n’est pas le seul changement : nos relations avec le corps soignant devraient également se retrouver influencées par la e-santé. Selon Annabel Dunabavand, notre futur médical amorcera une transformation des interactions entre soignants et soignés. La conseillère prédit « un changement des modes de relation entre les acteurs, et notamment entre le médecin et son patient ». La raison ? L’émergence d’ outils d'aide à la décision et d'aide au diagnostic qui vont permettre au médecin de se concentrer sur sa vraie valeur ajoutée, à savoir : «  celle que la machine ne pourra pas prendre en compte, la relation humaine ». 

Aujourd'hui l’hôpital ou la clinique vont faire en sorte que le patient réalise le plus court séjour possible dans sa structure. L’enjeu est d’externaliser le plus possible le poste soin

Sabrina Schmitt- Optelia inventis


Dans ce nouveau panorama sous forte influence digitale, les patients eux aussi vont voir leur rapport aux soins et à la médecine évoluer au contact de ces mêmes outils de pré-diagnostic les conduisant à s’impliquer différemment dans leurs traitements :

« Nous aurons un rôle plus important et serons amenés à être plus attentifs et avoir un rôle plus pro-actif du suivi de notre santé. Plutôt que de se rendre directement chez le médecin, il sera possible d’avoir accès à des dispositifs qui permettront de faire un pré-diagnostic et d’orienter vers des traitements sans avoir à passer par la case médecine si c'est une pathologie bénigne sans gravité » détaille Annabelle Dunabavand. 

Vidéo 01netTV : Télémédecine : une cabine pour consulter un médecin à distance

Médecine et e-santé : repenser la hiérarchisation du recours au soin

Une responsabilisation vis à vis de la santé qui peut inquiéter. En nous livrant à nous-même, bien que pour des pathologies légères, la e-santé nous conduit-elle réellement vers une médecine plus efficace et plus sure ? Pour la conseillère de la Mutualité Française il n’est pas question d’abandonner les patients aux dérives de l’auto-médication, ni de décharger le travail de diagnostic sur une technologie mais bien d’adapter le bon niveau de consultation. «Grâce à ces outils on pourra déterminer le niveau de consultation nécessaire pour que chaque professionnel soit au maximum de sa compétence. Il y aura une hiérarchisation du recours aux soins. » 

Nous serons amenés à être plus attentifs et avoir un rôle plus pro-actif du suivi de notre santé.

Annabel Dunabavand La Mutualité Française


Sur le terrain, l’optimisation permise par le recours à la digitalisation médicale semble faire ses preuves. A l’exemple de cette clinique parisienne, cliente d’Optelia IntelliS qui a informatisé l’intégralité de son stock l’année dernière :

« Ils ont mis en place des codes barres sur chaque device qui entre dans le bloc. Tout est passé à la douchette avant l'opération et après l'opération. L’établissement possède désormais une traçabilité jusqu’au bloc pour éviter les éventuels accidents opératoires » décrit Sabrina Schmitt.

 Un suivi dans ce cas gage de sécurité et de bonnes pratiques. Mais qu’en est est-il de la traçabilité lorsqu’il s’agit de données personnelles et sensibles ? L’exploitation du « BigData » de la santé génère des craintes du côté des usagers comme des professionnels. Pour la dirigeante d’Optelia : « La problématique du dossier patient se situe là: c'est une question de sécurité de données et d'éthique. C'est un gros problème de se dire qu'il y a des gens qui pourraient avoir accès à ces informations et en profiter ».

Vidéo  Secret d’info : Santé : ce que préparent les géants du numérique

Médecine et e-santé : la question des données

D’autant plus qu’en parallèle de la digitalisation du parcours de santé « institutionnel » un énorme marché des applications de santé privé est en train de se développer. Dans un article récemment publié sur le site Theconversation.com Roxana Ologeanu-Taddei, chercheuse en Management des systèmes d'information et santé et le docteur en médecine David Morquin rappelaient qu’il existaient actuellement plus de 750 applications de santé francophones « allant du suivi du diabète à la surveillance de différents paramètres de santé ou encore l'éducation thérapeutique ». Comme le rappelle Annabelle Dunbavand :

« Aujourd'hui il y a un foisonnement énorme de dispositifs, de solutions... Tout le monde réinvente la médecine en mettant du numérique».

The conservation

Lien  de l’article:  https://theconversation.com/transformation-numerique-uberisation-menaces-ou-opportunites-pour-le-secteur-de-la-sante-60075

Ce boom des applications, des objets connectés domestiques, et par extension du Quantified self ou de la santé prédictive pose donc la question de l’utilisation des données personnelles et sensibles qu’il génère. Selon les auteurs de cette analyse, «la question qui se pose aux acteurs du système de santé n’est pas de s’orienter vers la régulation et/ou la dérégulation[…]ou encore vers l’utilisation des technologies d’information ou leur refus, mais comment utiliser le numérique comme une opportunité pour mieux prendre en charge les patients, en leur proposant de nouveaux services, plutôt que de subir la technologie et les modèles proposés par les éditeurs. » La même interrogation s’applique au matériel médical et aux nouvelles technologies de e-santé.

« Actuellement nous sommes  dans la phase croissante de l'innovation, il va y avoir un plateau et on va redescendre vers quelque chose qui sera plus normé et qui va correspondre aux vrais besoins des patients et des médecins » analyse Annabelle Dunabavand.

Dans cette phase comme dans la prochaine, la digitalisation médicale, phénomène incontournable doit être réalisée avec l’aide de professionnels conscients des bonnes pratiques et des questions techniques et éthiques qui lui sont liées. Une condition sine qua non pour accompagner avec succès les processus de digitalisation dans un domaine aussi sensible que la santé.

L’info en plus :

La société Optelia InteliS est spécialisée dans la location évolutive de matériel médical, industriel et High Tech. Cette société composée de spécialistes de l’univers de la santé et de l’industrie a été acquise cet été par REALEASE Capital. Spécialiste de la la location financière d’actifs technologiques innovants la société s’est ainsi dotée d’une solution globale et experte dans le domaine du médical, de la e-santé et des matériels industriels responsables.

Pour aller plus loin :

Santé : ce que préparent les géants du numérique, un dossier de France Inter

Les paradoxes du big data en santé  sur le blog « Chronique d’une santé connectée »

Strategie nationale e-sante 2020 : Il faut désormais passer à la vitesse supérieure Selon l’alliance e-health France

Le blog de la société Optelia InteliS

 

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot. Merci.
5 + 4 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.