Les erreurs informatique en entreprise

Parc informatique d’entreprise : les 5 erreurs à ne pas commettre

De l’audit sur les besoins de l’entreprise à l’utilisation quotidienne des matériels et logiciels, le parc informatique requiert une grande vigilance et un suivi continu. Voici les 5 erreurs à éviter lors de l’installation ou le renouvellement du parc d’informatique d’entreprise.

Condition sine qua non de l’efficience en entreprise, l’installation et la gestion du parc informatique nécessite une attention particulière, de l’équipement du P-D.G. jusqu’à celui du collaborateur récemment embauché. Car seule une bonne utilisation des matériels et logiciels informatiques permettra une productivité maximale dans l’activité.

Ainsi, bien auditer les besoins de l’entreprise, ne pas sous-estimer l’importance d’une sécurité pointue, d’une maintenance informatique continue ou encore former en amont les différents utilisateurs du parc informatique sont autant d’étapes incontournables pour connaître une expérience optimale. Voici les erreurs les plus courantes au moment d’équiper l’entreprise d’un nouveau parc informatique ou bien de remettre à jour un parc existant.

1ère erreur - parc informatique : ne pas attacher assez d’importance à l’audit

Pour tout remplacement de matériel, actualisation, ou installation de logiciel nouveau, la première étape inévitable consiste à réaliser un audit du parc informatique, complet et précis.

« La clé du succès consiste à adopter une vision à long terme. Il faut prévenir l’avenir, en amont du renouvellement du parc informatique », assure Benoit Frobert, directeur informatique chez REALEASE Capital et fondateur de la société d’externalisation informatique INNOVSI.

En effet, les professionnels signalent, de manière unanime, que la non harmonisation entre les solutions matérielles et logicielles constitue un problème trop récurrent des parcs informatiques. Mieux vaudra donc veiller à une « interopératibilité » optimale des solutions, tel que l’évoque ce spécialiste des parcs informatiques d’entreprise. Un bon audit permettra d’anticiper les éventuelles failles du système. L’entreprise doit ainsi faire l’inventaire du parc informatique existant, puis celui de ses besoins.

La clé du succès consiste à adopter une vision à long terme.

Benoit Frobert, directeur informatique chez REALEASE Capital et fondateur de la société d’externalisation informatique INNOVSI.


2e Erreur- parc informatique : ne pas prendre en compte l’obsolescence de l’équipement

En ce qui concerne le matériel informatique d’entreprise: « rien ne sert de nier l’obsolescence programmée lors de l’analyse « a priori » des besoins informatiques » insiste Benoit Frobert. L’obsolescence programmée des matériels est en effet devenue une évidence avec laquelle les entreprises doivent composer. « Les matériels et les logiciels ont une durée de vie, poursuit le directeur informatique de REALEASE Capital. Pour un poste informatique, celle-ci avoisine les trois ans. Il est donc recommandé d’anticiper l’usure des matériels. Selon les besoins de l’entreprise, le leasing et la location financière évolutive permettent ainsi de renouveler régulièrement le matériel. » À noter que certaines entreprises spécialisées en location financière évolutive, comme REALEASE Capital, peuvent accompagner l’entreprise de l’audit à la maintenance.

Recyclage de l'informatique d'entreprise

Légende : avant de tout jeter à la poubelle, faites appel au professionnels de la location financière évolutive, spécialistes du brokerage et du recyclage des matériels informatiques ! Crédit : Wikipedia Commons (libre de droit)

3e erreur parc informatique : ne pas former suffisamment ses utilisateurs

La performance du parc informatique dépend donc, une fois de plus, de la vision à moyen et long terme de l’entreprise. Dans l’optique de respecter cette logique, le chef d’entreprise doit, pour obtenir la meilleure productivité de son activité, mettre en œuvre les conditions d’une utilisation optimale du parc informatique. Pour cela, l’adhésion aux solutions offertes et la formation des utilisateurs du parc informatique sont primordiales.

« L’analyse des besoins en informatique de l’entreprise ne touche pas uniquement l’aspect technique du parc informatique, précise Benoit Frobert. Elle concerne aussi l’environnement de travail du personnel et la variable géographique. »

Ainsi, les solutions proposées ne seront pas les mêmes selon que l’entreprise dispose ou non de nombreux collaborateurs et employés éloignés du siège, notamment hors de France. Les professionnels remarquent que les collaborateurs à distance ont généralement tendance à se montrer moins consciencieux dans l’utilisation du parc informatique.

4e Erreur parc informatique : oublier les conduites de changement des usagers

Tous ces facteurs – environnement de travail, distance entre les différents acteurs, niveaux en informatique des utilisateurs - déterminent le degré d’acceptation de la conduite de changement.  Les formateurs sont les premiers à insister sur ce point en ce qui concerne l’installation de parcs informatiques. 

Jean-Louis Maso, professionnel certifié Microsoft, formateur et consultant IT en Languedoc-Roussillon, réalise des audits auprès d'entreprises et de particuliers sur leurs besoins : parc informatique, bureautique et téléphonie. Le spécialiste revient sur cette approche de la conduite de changement:

« Dans le cadre d'une évolution ou du changement d'un parc informatique, l'adhésion totale des utilisateurs aux nouveaux matériels et logiciels est primordiale. Cela implique un audit sérieux des besoins individuels en amont et une formation adaptée des individus en aval. Si ces conditions ne sont pas réunies, c’est le risque de multiplier les dysfonctionnements matériels qui augmente irrémédiablement. »

En interne, plus le degré d’implication dans le suivi du parc informatique baisse, plus il sera opportun d’en externaliser la gestion. Cette externalisation du parc informatique englobe autant la formation des utilisateurs, la maintenance, l’actualisation des solutions logicielles…

5e Erreur parc informatique : sous-estimer l’importance de la sécurité

Enfin, dernière grande erreur à éviter à tout prix en ce qui concerne le parc informatique d’entreprise : sous-estimer l’intégration du facteur sécurité. La durée des matériels et logiciels du parc informatique dépendra de leur bon usage. Une utilisation optimale du matériel ne sera possible que grâce une utilisation optimale des logiciels. Et vice-versa.« La majorité des entreprises qui se préoccupent sérieusement de la sécurité de leur parc informatique ne le font qu'après avoir subi un sinistre majeur et une perte importante de données ! », regrette M. Maso.

Cependant, aucun humain ni même aucun matériel n’est infaillible. Et même si l’entreprise met tous les atouts de son côté pour jouir d’un parc informatique efficient, elle n’est pas à l’abri des pires mésaventures. 

La majorité des entreprises qui se préoccupent sérieusement de la sécurité de leur parc informatique ne le font qu'après avoir subi un sinistre majeur et une perte importante de données !

Jean-Louis Maso, professionnel certifié Microsoft, formateur et consultant IT en Languedoc-Roussillon.


Depuis les débuts de l’informatique en entreprise, les modes de sécurisation des données ont cependant bien évolué. Il n’empêche qu’ils dépendent, encore aujourd’hui, de « l’architecture réseau choisie par l’entreprise ». « Le schéma idéal actuel prévoit de substituer au plan de reprise d'activité (PRA, réalisé en cas de sinistre sur les données sensibles de l'entreprise suite à un virus, un incendie, une malveillance…) un plan de continuité d'activité (PCA), continue Jean-Louis Maso. Le PCA permet aux entreprises de poursuivre leurs activités informatiques, même en cas de sinistre, par la mise en place d'une redondance des machines locales par des machines virtuelles qui prennent instantanément le relai en cas de défaillance des premières. » Encore une fois, le recours aux services de professionnels spécialisés est fortement recommandé pour garantir la sécurité du parc informatique en entreprise.

Légende : Perte de données, piratages et malveillances sont les pires cauchemars des entreprises. Crédit : Pixabay.com (libre de droit).

Enfin, il est important de rappeler que certains risques peuvent aussi être engendrés par le BYOD (bring your own device). Une tendance de plus en plus présente en entreprise et qui consiste à ce que les employés et collaborateurs utilisent, pour au moins une partie de leurs tâches, leur propre matériel IT (ordinateur, téléphone, tablette, etc.). Il appartient alors à l’entreprise d’inviter l’utilisateur de son parc informatique à sécuriser son matériel personnel. Encore une fois, omettre cette réalité et les éventuels risques qui vont avec serait une erreur. Car, en matière de sécurité informatique, la frontière entre les cadres privé et professionnel est bien ténue, voire inexistante !

 

À lire aussi sur le blog Top 3 du matériel d'entreprise qu'il vaut mieux louer

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot. Merci.
3 + 0 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.