COBOTIQUE / ROBOTIQUE : TOP 3 des équipements qu’il faut (mieux) louer

COBOTIQUE / ROBOTIQUE : TOP 3 des équipements qu’il faut (mieux) louer


Robotique et cobotique

La robotisation des usines se poursuit. Le syndicat des machines et technologies de production (Symop) qui regroupe les producteurs de ce type d’équipements  évalue à 4658 le nombre de robots industriels installés dans l’Hexagone en 2018, soit une hausse de 4,8% sur 2017. Pour se doter de ces matériels, les industries choisissent de plus en plus la location évolutive. Top 3 des équipements en robotique et cobotique qu’il faut (mieux) louer par Realease Capital.

 

La progression de la robotisation  touche tous les secteurs et notamment  le papier, les équipements électriques et la plasturgie où les ventes de robots ont augmenté de 30%. Une embellie que l’on doit sans doute au dispositif de suramortissement de 40 % mise en place le 1er janvier 2019 par l’Etat à destination des PME qui souhaitent investir dans la robotique, la numérisation et la gestion numérique de la chaîne de production. A ce rythme, la France devrait arriver à combler son retard. Aujourd’hui, le pays n’est qu’à la 18e place mondiale en matière de densité de robots, avec 132 robots pour 10 000 employés. Et pour cause, selon Catherine Simon, experte en robotique et ambassadrice du salon de l’Internet des objets (Sido) qui se tient à Lyon les 10 et 11 avril : « En France, il y a  400 intégrateurs et la  plupart, sont en train d’amorcer leur transformation mais il faut du temps. Les intégrateurs qui sont souvent des TPI/PME doivent  faire face à certains obstacles. Régulièrement, ils sont obligés de  faire des avances de trésorerie ».  Realease Capital recense les équipements de  robotique ou de cobotique qu’il faut (mieux) louer.

 

1- Les bras articulés

RobotLes bras articulés des cobots peuvent être utilisés pour des tâches répétitives de  Pick and Place. Ils peuvent saisir un objet avec une pince, le déplacer de manière répétitive, pivoter avant de le poser à l’endroit voulu. Ces bras articulés permettent aux entreprises d’augmenter la précision et  de limiter les rebus et les retours. Ils  libérent également les collaborateurs qui peuvent se concentrer sur d’autres tâches moins rébarbatives. Les avantages sout doubles : les bras articulés augmentent la productivité et participent au confort du salarié.

Ces applications de Pick and Place se retrouvent beaucoup dans les secteurs de l’emballage et du conditionnement. Comme de nombreux équipements en robotique, ces matériels évoluent et innovent constamment. « Un robot ou un cobot qui a 2 ans est pratiquemment obsolète », précise Isabelle Soret-Monchatre,  Directrice Générale Déléguée Industrie au sein de Realease Capital, qui rappelle que la location de ces équipements est  avantageuse pour les sociétés : « cette solution  laisse aux dirigeants l’opportunité de pouvoir basculer sur un robot ou un cobot plus efficient, plus rapide et plus précis ».  Si les cobots représentent encore une toute petite part des robots industriels (moins de 2 %), leurs ventes ne cessent d’augmenter. En 2015, il s’est vendu 4 300 unités dans le monde, contre 2 500 en 2014. Une progression qui n’est pas prête de s’arrêter puisque Barclay Equity Research prévoit 150 000 ventes en 2020.

 

2- Les robots de soudure

SoudureA la différence du robot collaboratif ou cobot mobile, tourné vers l’interaction et l’accompagnement dans la réalisation des tâches assurées par l’Homme, le robot traditionnel qui répète inlassablement les mêmes gestes, protégé par des grilles pour éviter l’accident, necessite une programmation et un pilote. Par exemple, dans le cadre d’activités de soudure, le besoin de former des soudeurs aptes à la conduite et à la programmation de robots est de plus en plus fort. La conduite de robot est une compétence de plus en plus plébiscitée par les professionnels de l’Industrie. En investissant dans un robot de soudage, un industriel ou une PME peut espérer un gain de productivité d’un rapport de deux à cinq, tout en supprimant les tâches dangereuses et répétitives pour son personnel.

«  L’enjeu est majeur. En installant un robot, l’entreprise ne se sépare pas de son soudeur puisque celui-ci va devenir programmateur de la machine. Il restera présent avec sa valeur ajoutée et sa compétence mais il ne supportera plus toute la difficulté de son poste», souligne Isabelle Soret-Monchatre. Un retour sur investissement humain mais aussi financier. Le fait que le robot puisse répéter une tâche avec la même précision, la même vitesse, et ce sur plusieurs heures par jour, sont autant de gages de productivité pour les entreprises. La location financière et la modularité des contrats proposés par Realease Capital, société de location d’actifs technologiques, permet aux société de bénéficier d’une flexibilité dans la gestion de ces équipements en robotqiue. Le leasing leur facilite l’accès aux innovations technologiques grâceaux remplacements et aux mises à niveau de l’équipement. La location financière s’adapte aux besoins du matériel, et optimise de manière idéale le parc des entreprises.

 

3- Les robots d’emballage et de conditionnement

EmballageLa robotique ne se cantonne plus à la palletisation. Plus agiles, plus rapides, les robots occupent désormais une place de choix en amont du process afin de réaliser des opérations de conditionnements et d’emballage. Et pour cause, ajourd’hui, il doit répondre à  l’évolution du marché qui sollicite des  modes de production souples, permettant de changer de série plus facilement et rapidement.  « Le secteur de l’emballage est en pleine mutation, l’inter-connectabilité entre les lignes, les machines, le usines…. sont en train de bouleverser nos process de fabrication », note Jean-Marc Doré, le président du groupement des équipementiers français du Process & du Packaging des industries agroalimentaires et non-alimentaires (GEPPIA).

« On demande à ces machines d’être flexibles avec des capacités de format différentes », ajoute-t-il. Realease Capital  intervient dans le secteur de la soudure et de la l’emballage/conditionnement et propose « une solution clé en main » pour les PME : un loyer qui intègre la livraison d’un robot, l’installation, les paramétrages, les réglages, le service associé de maintenance et éventuellement des pièces d’usure qui sont fournies avec le robot.« La location évolutive n’enferme pas les PME dans un achat. Grâce à cette solution, elles peuvent faire évoluer leur équipement en toute liberté pendant la durée du contrat ou à son issue. Realease Capital s’adapte aux besoins de l’industrie qui privilégie et met en avant l’usage plus que la propriété », souligne Isabelle Soret-Monchatre.