Distribution automatique : un marché en constante évolution

Distribution automatique : un marché en constante évolution


Distribution automatique

Boissons chaudes, fraîches, laitages, snacking… de nombreuses sociétés sont dotées de distributeurs automatiques, avec environ 600 000 machines installées en France. Ce mode de consommation est particulièrement adapté au monde du travail en raison de sa practicité, même s’il trouve également sa place dans les gares, les aéroports ou encore les stations-services.

Dans ce marché de la distribution automatique, la location évolutive apporte une solution adaptée aux gestionnaires qui souhaitent équiper leur parc sans toucher à la trésorerie.  Analyse de Realease Capital.

 

Selon les chiffres avancés par la chambre syndicale nationale de ventes et de services automatiques (NAVSA), chaque jour, en moyenne, sont consommés en Distribution automatique (DA) :

  • 14 millions de boissons chaudes,
  • 1 million de boissons froides conditionnées
  • 1 million de produits alimentaires (snacks, sandwichs ou plats préparés).

Un marché stable, équipé, arrivé à maturité mais qui, par le passé, a subi quelques baisses de son chiffre d’affaires.

Aujourd’hui, la DA se porte mieux. Elle enregistre un CA d’environ 1,9 milliard d’euros, pour environ 13 millions de ventes quotidiennes. Selon Pierre Albrieux, président de la NAVSA, le marché a été de nombreuses fois ébranlée avec la suppression des distributeurs automatiques dans les collèges et les lycées, l’interdiction de fumer dans les entreprises, l’arrivée des systèmes privatifs de café de type nespresso, senseo et enfin le télétravail.

 

Distribution automatique : une diversification de l’offre 

Distribution automatique magasinSi ces dernières années la DA a réussi à remonter la pente et à se stabiliser, elle le doit à une offre de produits plus diversifiée et au développement des moyens de paiement modernes et multiples notamment les cartes bleues sans contact. Les professionnels de la distribution automatique se montrent attentifs aux nouvelles envies de leurs clients qui sont à la recherche de réelles facilités d’achat et privilégient de plus en plus une alimentation bio.

« Les boissons chaudes (café, potage) c’est l’essentiel du business. Le snacking et les boissons fraîches type soda sont en en forte diminution en partie en raison du mouvement lié à la nutrition », observe le président de la NAVSA.

La vague du bio s’empare de nombreux consommateurs qui recherchent dans leurs entreprises la même qualité de produits qu’à leur domicile.  « On a assisté à une évolution des produits alimentaires. Aujourd’hui, certains acteurs proposent des plats cuisinés de qualité, des fruits bio, des laitages.

Le marché de la distribution automatique évolue et s’adapte aux nouveaux besoins des consommateurs qui souhaitent mieux s’alimenter », souligne Eric Seigneur, ingénieur d’affaires au sein de Realease Capital, société de location d’actifs technologiques.

Indicateur de ce changement de consommation : depuis plus de 5 ans, le marché se retrouve hors des entreprises et la DA de produits agricoles se multiplie en France.

Grâce à la mise en place de ces machines, les fermiers donnent aux consommateurs un accès à des produits de saison frais, de qualité, cultivés localement et disponibles en libre-service sans contrainte d’horaires.

De plus, pour les exploitants, c’est un moyen d’effectuer des ventes additionnelles en dehors des horaires d’ouverture de leur boutique, avec le même niveau de prix.  Même si cela reste encore un épiphénomène, la tendance progresse.

 

Distribution automatique : de nouveaux équipements

Résultat, de nouvelles formes de machines plus performantes commencent à voir le jour. Elles se dotent de nouveaux moyens de paiement :

  • carte de crédit avec le règlement sans contact qui connaît un réel succès,
  • le paiement par Smartphone via des applications du type ApplePay
  • ticket restaurant dématérialisé.

Les consignes réfrigérées et surgelées font également leur entrée en ouvrant de nouvelles opportunités aux secteurs alimentaires et pharmaceutiques. Ces unités assurent la disponibilité de médicaments et de produits frais 24h/24.

« Aujourd’hui, le marché se dirige vers de la consigne réfrigérée, cela correspond aux nouvelles attentes des consommateurs qui souhaitent des produits frais », précise Eric Seigneur.

 

Location financière : un atout pour les gestionnaires

Un atout pour les gestionnairesLe modèle économique de la distribution automatique en France est basé sur l’engagement juridique intitulé « le contrat de dépôt gratuit ». Le client accepte gratuitement les machines en dépôt, il ne les loue pas et ne les achète pas. Les gestionnaires restent propriétaires de leurs unités qu’ils exploitent. Ils assurent leur entretien, leur dépannage, les remplissages etc.. d’une manière gratuite et  se rémunèrent sur les hypothétiques ventes qu’ils escomptent faire.

Pour acheter ces machines, ces gestionnaires ont recours à trois solutions : investir en fonds propres ou opter pour un crédit bancaire ou une location financière. Pour Eric Seigneur de  Realease Capital, société de location d’actifs technologiques, « cette  solution alternative  leur permet de ne pas toucher à  leur trésorerie et à leur capacité d’endettement . La location financière permet également de moderniser leurs outils de production.  De plus, au terme de la période de location, l’entreprise peut en effet généralement choisir d’acquérir la valeur résiduelle du matériel ».

 

 

À lire également dans le DAmag n°169, un article sur le financement dans le monde de la DA : De la propriété à l’usage.

Puis, pour en savoir plus :
Realease Capital
NAVSA