Le Smart building en 6 questions


Smart building

Le Smart building se fraie un chemin dans le secteur du bâtiment. Et pour cause : moins énergivore, plus adapté au confort des usagers mais aussi plus rentable, le bâtiment intelligent et connecté remporte tous les suffrages. Pour promouvoir les avantages du Smart building, le 4 et 5 septembre dernier s’est tenu à Bruxelles, les Universités d’été de Smart buildings for Smart cities (SBA), le rendez-vous incontournable du bâtiment intelligent dans la ville durable. Interview de son président, Emmanuel François.

 

Realease Capital : Un bâtiment intelligent c’est quoi ?

Emmanuel François : Il s’agit d’ un immeuble équipé d’automatismes qui permettent d’avoir des scénarios bien définis comme la fermeture des stores en cas de forte luminosité, sans interconnexion entre les différents systèmes. Aujourd’hui, nous avons besoin d’un bâtiment connecté et communicant qui peut croiser des informations de l’extérieur : météo, coût énergétique, qualité de l’air, et de l’intérieur, en associant ses occupants. A Smart buildings for Smart cities (SBA), nous appelons cela un bâtiment intelligent ready2services (R2S). En effet, les acteurs du bâtiment sont demandeurs d’un référentiel qui les guide dans la mise en place de démarches. Face à ces attentes, nous avons élaboré, avec l’ensemble des acteurs du bâtiment (maîtres d’ouvrage, bureaux d’études techniques, industriels…), le référentiel du Label R2S . Celui-ci favorise une évolution des pratiques pour faire du smart building, une plateforme de services pouvant apporter confort, performance environnementale et sécurité. Cette nouvelle marque a pour objectif d’évaluer l’interopérabilité des services informatiques.

 

Realease Capital : Comment fonctionne un smart building ?

Bâtiment intelligent

Emmanuel François : Aujourd’hui, nous commençons à parler d’un operating system du bâtiment intelligent, un système d’exploitation vers lequel converge toutes les fonctionnalités : éclairage, chauffage, ventilation, ascenseurs, sécurité.. auxquelles nous allons pouvoir apporter des automatismes. Mais il faut que ce système soit interopéré. Et pour cause, cela offre de nombreux avantages ; les bureaux vides cessent d’être chauffées et éclairés en permanence tandis que les espaces occupés s’adaptent aux demandes de confort des collaborateurs.

 

Realease Capital : Comment se passe la mise en place d’un bâtiment intelligent ?

Emmanuel François : Aujourd’hui, vous avez différents acteurs qui sont en mesure d’apporter les parties hardware et logiciels afin de piloter les fonctionnalités du bâtiment intelligent. Une des forces de la SBA et de son référentiel Ready2Services est de proposer des système ouverts interopérables pour garantir l’ensemble des fonctionnalités et des équipements. C’est une grande avancée. A la fin, les équipements sont réduits et les bâtiments deviennent cognitifs. Ils s’adaptent aux usages des collaborateurs ainsi qu’aux données extérieures du bâtiments( notamment les critères énergétiques). D’ailleurs, je crois beaucoup en la RE2020 qui à mon sens devrait apporter au plus vite le numérique dans les bâtiments pour réduire leur consommation énergétique. Pour une meilleur efficacité, les solutions qui seront déployées doivent répondre aux critères « R2S ».

 

Realease Capital : Est ce que le smart building représente un coût ?

Emmanuel François : Un bâtiment intelligent a un coût puisqu ‘on met en place des automatismes à la place de systèmes basiques. Cependant, grâce au bâtiment intelligent ready2services et à ses systèmes ouverts interopérables, il est possible de mutualiser les équipements et les systèmes. Nous cessons ainsi d’avoir un équipement et un système pour une fonctionnalité (éclaire chauffage, ventilation… ), mais un équipement et un système pour X fonctionnalités et X services.

 

 

Realease Capital : Quels sont les avantages de ce bâtiment intelligent ?

Emmanuel François : C’est d’être serviciel. Le directeur immobilier qui achète un bâtiment intelligent R2S va faire du profit. Le smart building permet de mieux contrôler et gérer la consommation énergétique, et donc de la réduire. Il peut revendre de l’énergie, optimiser les espaces, augmenter la productivité des employés, diminuer l ‘absentéisme. En somme, proposer aux équipes des conditions de travail optimales.. Mais pas seulement. La mise en place d’une sécurité répondant aux risques accidentels combinée à une maintenance prédictive permettent d’anticiper et d’éviter les pannes dans la gestion de l’eau, de l’air, des systèmes de chauffage…Un atout pour le directeur immobilier qui peu alerter son assureur sur le faible risque e de sinistre dans ce type de bâtiment et bénéficier d’une baisse de la prime de l’assurance.

 

Realease Capital : Est ce pour cela que a France est à la traîne ?

Emmanuel François : En France, nous avons une approche très silotée des fonctionnalités. A partir du moment où on est en présence d’un bâtiment intelligent équipé d’une dorsale numérique, il est impératif de mettre en place un opérateur de services. Un acteur qui garantit le bon fonctionnement du système et porte les nouveaux modèles économiques. Nous évoluons dans un monde tourné vers le numérique et en France nous raisonnons encore comme au XXème siècle. Mais la tendance est en train de changer.

 

Realease Capital au cœur du Smart Building :

Realease Capital , société de location financière d’actifs technologiques, s’inscrit parfaitement dans ces offres proposées par les smart buildings. En finançant des nouvelles technologies intelligentes comme le système LED, Realease Capital facilite les transitions écologiques : réduction de la consommation énergétique, empreinte carbone. Mais pas seulement. Cette société propose d’autres solutions locatifs IT pensées pour le confort des usagers et qui s’intègrent parfaitement aux ambitions des Smart Building.

Pour répondre aux nouveaux besoins des usagers et aux incitations énergétiques), Realease Capital s’entoure de partenaires de choix comme VIDELIO Digital & Media, entreprise de services numériques leader sur les technologies de l’audiovisuel, qui développe de nouvelles solutions IT de Smart building comme de la signalétique digitale, écrans avec contenus personnalisés (affichage dynamique), salles de réunion connectées mémorisant des configurations individualisées, disposant de visiophonie commandée à la voix.

 

 

Pour aller plus loin :
Smart Building : les salariés au cœur de la révolution numérique