Des mesures pour lutter contre l’obsolescence programmée et booster l’économie circulaire


Obsolescence programmée

Le Sénat vient d’adopter une série d’amendements destinés à lutter contre l’obsolescence. Les élus souhaitent allonger de la durée de vie des équipements, notamment électroniques (téléphones, ordinateurs, électroménager, etc.). Pour cela, ils ont mis en place  un « indice de durabilité ». Pour les équipements électriques et électroniques, le consommateur pourra connaître la durée de disponibilité de chaque pièce détachée (batterie, écran, clavier, etc.). D’après le site de Next Impact, le texte précise également une autre mesure-clé : un « droit à la réparation », pour protéger de l’environnement et booster les filières liées à l’économie circulaire. De plus, les « fabricants de téléphones mobiles et de tablettes tactiles » (et donc pas d’ordinateurs, notamment) seront « tenus de proposer à leurs clients des mises à jour correctives du système d’exploitation utilisé par leurs appareils compatibles avec tous les modèles de leur gamme jusqu’à dix ans après leur mise sur le marché ». À compter du 1er janvier 2022, tout produit de type lave-linge, ordinateur, téléphone… devra disposer d’un « dispositif visible au consommateur qui enregistre de façon cumulative l’usage du produit en nombre d’unités ».

À lire sur le site de Next impact