Revue de presse du mois de juillet 2022


Revue de presse

Ce mois-ci dans la presse, l’euro à parité avec le dollar, les énergies maritimes entre espoirs et inquiétudes, l’Irlande, grande gagnante du Brexit et enfin le secteur de santé ciblé par des pirates informatiques.

L’euro à parité avec le dollar : quelles conséquences ?

L’euro à parité avec le dollar : quelles conséquences ?

Cela n’était jamais arrivé depuis le début de l’euro, il y a 20 ans. Le mercredi 13 juillet, la monnaie européenne s’est échangée à moins d’un dollar. Une situation qui ne date pas d’hier. Depuis un an, l’euro ne cesse de chuter. Les causes : des prévisions de croissance qui n’incitent pas à l’optimisme dans la zone euro, une action différente de la zone euro et des États-Unis face à l’augmentation de l’inflation et une proximité géographique avec la guerre en Ukraine. Et les conséquences de cette chute risquent d’être dramatiques. Les biens européens vendus à l’étranger (exportations) afficheront un prix plus compétitif, tandis qu’à l’inverse, les entreprises de la zone euro qui achètent à l’étranger (importations) verront leurs coûts s’alourdir.

On peut s’attendre également à une augmentation de la facture d’énergie, notamment pour des entreprises européennes qui dépendent fortement de ces énergies. Heureusement des solutions existent, notamment le relèvement des taux directeurs.

Lire la suite sur le site France 24

Les énergies maritimes : le doute subsiste

Les énergies maritimes : le doute subsiste

Accélérer le développement des énergies renouvelables, telle est la recommandation du GIEC pour inverser la tendance environnementale. Dans ce contexte de réchauffement climatique, depuis quelques années, l’énergie solaire et l’éolien terrestre sont mis en avant. Néanmoins, ce n’est pas le cas des énergies maritimes qui recouvrent diverses exploitations des mouvements de masses d’eau : vagues (énergie houlomotrice), courants (énergie hydrolienne) et marées (énergie marémotrice). Seul l’éolien en mer qui exploite les vents marins tire son épingle du jeu.

Même si des inquiétudes subsistent quant à l’exploitation des ressources maritimes :  “Selon le moment, la région et les acteurs en présence, les craintes suscitées par les projets s’expriment avec une sensibilité et selon des angles différents”, témoigne Anne Georgelin, responsable des filières Énergies marines renouvelables et Hydroélectricité du syndicat des énergies renouvelables (SER). En effet, les impacts peuvent être acoustiques, électromagnétiques, liés aux rejets des anodes sacrificielles qui protègent les fondations de l’érosion ; ils peuvent toucher des chauves-souris, des oiseaux – dont certains migrateurs en Méditerranée -, des poissons, des mammifères…

Lire la suite sur le site La Tribune

Transports/ Brexit : l’Irlande se fraie un chemin

Transports/ Brexit : l’Irlande se fraie un chemin

Une nouvelle route maritime pour contourner les contraintes administratives et autres formalités. Depuis la sortie du Royaume-Uni de l’Europe, l’Irlande est devenue l’une des portes d’entrée vers le continent pour le fret européen. En un an, les liaisons entre le pays et l’Europe se sont multipliées. Avant le Brexit, la route la plus empruntée par les chauffeurs-routiers passait par le Pays de Galles et l’Angleterre, soit 11h de trajet environ. Désormais, c’est cette voie maritime entre l’Irlande et les côtes françaises qui est utilisée, avec entre 17h et 24h de bateau. Même si le trajet s’avère plus long, il permet d’éviter les contrôles douaniers, les formalités, les files d’attente, ou encore le stress d’une erreur administrative qui immobilise un camion.

Lire la suite sur le site de France Tv Info

Cyberattaques : la vulnérabilité du secteur santé se confirme

Cyberattaques : la vulnérabilité du secteur santé se confirme

Le secteur de la santé, cible privilégiée des pirates informatiques. Avec, en moyenne un incident par semaine, le plus souvent par rançongiciel à des fins lucratives, les hôpitaux ne semblent avoir aucun répit. Face à la situation, le  plan France Relance a ouvert un 2e volet, cette fois consacré soutien à l’acquisition et au déploiement de produits ou applications, subventions à la clef. Au programme : une enveloppe totale de 136 millions d’euros, augmentée à 176 millions d’euros début 2022, 25 millions sont destinés au secteur de la santé et à un parcours cybersécurité assuré par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI).

Pour Charlotte Drapeau, cheffe du bureau santé et société de l’ANSSI, autorité chargée de piloter ces opérations, “ces parcours permettent aux établissements, après un diagnostic cyber, de se mettre à niveau, notamment au travers de la sensibilisation et de la formation, et de déployer un ensemble de mesures organisationnelles et techniques de cybersécurité.” À ce jour, 132 établissements sont engagés dans le parcours de cybersécurité.

Lire la suite sur le site Santé Achat