Pourquoi le numérique a-t-il toute sa place dans les classes françaises ?


Outils numériques

Depuis quelques années déjà, les nouvelles technologies se sont invitées dans le monde de l’éducation. Les outils numériques (tablettes, ordinateurs portables, manuels numériques, etc.) ne sont plus rares dans les salles de classe. Les enseignants hésitent de moins en moins à utiliser ces ressources. REALEASE CAPITAL, société de location financière, fait le tour des avantages des outils numériques à l’école.

La rentrée des classes a eu lieu et avec elle, c’est le retour des débats autour de l’inclusion d’outils numériques à l’école. Si dans d’autres endroits du globe, comme la Suède ou le Québec, les ressources numériques n’agitent plus la controverse, la France avance à pas mesurés sur la question du numérique dans l’enseignement ; pour preuve, le Ministère de l’Éducation Nationale, dans le cadre d’une expérimentation qui doit démarrer dans cent écoles dès le printemps 2021, s’est engagé à accompagner le développement d’une solution numérique d’assistant vocal innovant au service de l’apprentissage de l’anglais à l‘école élémentaire : Captain Kelly.

Cette solution est «fondée exclusivement sur des interactions orales, la solution expérimentale recherchée vis à assister le professeur des écoles dans la conduite des activités en langue anglaise pour construire les connaissances lexicales et syntaxiques des élèves et entraîner leur compréhension ainsi que leur prononciation en anglais », souligne le dossier de presse de la rentrée 2020-2021.

 

Les outils numériques permettent-ils un meilleur apprentissage ? Depuis la crise sanitaire, un grand nombre d’enseignements mettant en avant les capacités illimitées de ces technologies éducatives a fait surface.

« De nombreux enseignants ont trouvé un fabuleux potentiel et de nouveaux scénarii pédagogiques pertinents au travers du numérique », explique Gwenaëlle COURBE, Directrice au sein de SOPHIAE, filiale de REALEASE CAPITAL, qui accompagne les écoles dans la mise en place de projets numériques (de l’intégration de l’équipement (ordinateur, tablette..) en passant par la formation et le financement de projets).

Les  partenaires financiers de SOPHIAE permettent une flexibilité dans le financement de projets  en apportant une solution par redevance mensuelle. Ceci permet de lisser les coûts sur une période donnée tout en permettant un renouvellement du parc.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l’article : Ecoles : 5 raisons d’opter pour la location évolutive

1- Augmenter la compétence numérique

La compétence numérique fait partie des huit compétences clés et désigne l’utilisation de manière critique de l’ensemble des nouvelles technologies. Ces connaissances sont essentielles. Elles facilitent la maîtrise d’autres aptitudes, telles que la communication, les compétences linguistiques ou les compétences de base en mathématiques et en sciences. Enseignée dès le plus jeune âge, elle permet d’acquérir tous les atouts nécessaires pour le monde professionnel de demain. Néanmoins en France, cette compétence reste insuffisamment exploitée.

Selon l’enquête internationale sur l’enseignement et l’apprentissage (Talis) de l’OCDE menée auprès des professeurs français exerçant en classes élémentaires, 14 % d’entre eux indiquent laisser les élèves utiliser des outils numériques pour des projets ou travaux en classe, contre 40 à 60 % des enseignants des autres pays européens.

Ces données mettent en lumière les difficultés persistantes de certains enseignants français à intégrer le numérique dans leur apprentissage. Pourtant, les auteurs de cette enquête observent que  « pour près de la moitié des enseignants français, la formation initiale abordait l’utilisation des TIC pour l’enseignement (TICE). Là où le bât blesse, c’est lorsqu’on les interroge sur la qualité de cette formation : seuls 16 % des enseignants français expriment un avis positif s’agissant de leur niveau de préparation, contre plus du tiers de leurs voisins européens en moyenne ».

Une situation bien comprise par les équipes de SOPHIAE qui en plus de la financement de projets numériques, dispensent des formations aux enseignants selon une méthodologie bien rodée :

« Dans un premier temps, nous réalisons un audit de l’établissement  pour bien comprendre les besoins et les attentes des professeurs. Ensuite, nous rédigeons un plan de développement des compétences. Chaque enseignant a un parcours personnalisé de formation qui s’inscrit sur plusieurs années ce qui lui permet de travailler, via des outils numériques, des compétences numériques et professionnelles liées à l’enseignement »,

précise Walter HENNO, Directeur Pédagogique chez SOPHIAE.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter : Le numérique à l’école : Comment accompagner les enseignants vers la transition ?

2 – Favoriser la créativité

A l’exception des cours d’Arts plastiques, la créativité est peu présente dans le système scolaire français. Et pour cause : selon une enquête « Creativity in Schools in Europe : a survey of teachers », seulement 4% des enseignants européens considèrent que la créativité est une compétence fondamentale qui doit être développée à l’école. Pourtant, ils sont 80% à penser que les nouvelles technologies peuvent y contribuer, mais avec un degré d’intérêt très variable selon les pays.

Alors l’usage d’outils numériques pourrait-il développer la créativité ? Pour Bruno TERRASSON, chef de projets pédagogiques chez SOPHIAE, cela ne fait aucun doute.

« Les différents supports (texte, vidéo, audio, etc.) permettent de sensibiliser les élèves aux arts (peinture, musique, etc.) et leur apportent des compétences dans différents domaines pour qu’ils puissent devenir eux-même des créateurs ».

Cette diversité d’outils profite également aux professeurs. « Cela développe leur créativité. Ils prennent plaisir à enrichir leurs enseignements avec des outils innovants, à travers ce goût pour la découverte propre aux enseignants », ajoute-t-il.

3 – Renforcer la communication

L’utilisation des nouvelles technologies renforce également la communication entre les parents, les élèves, les collègues et la direction de l’école. Les parents peuvent échanger facilement avec les professeurs via des messages écrits et audio. Ils peuvent également suivre en temps réel l’évolution de la scolarité de leur enfant.

« Grâce aux tablettes numériques, aux smartphones ou aux ordinateurs, les parents accèdent à toutes les ressources utilisées en classe leur permettant d’accompagner au mieux leur enfant dans son apprentissage »,

souligne Walter HENNO.

Du côté des professeurs, même plébiscite. Ces outils simplifient le partage d’informations et de documents de travail. L’utilisation de certains outils, sites et applications leur font gagner du temps à plusieurs niveaux : pour remplir des formulaires en ligne, réaliser des examens en ligne, répondre aux questions des élèves…

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l’article : Les tablettes à l’école peuvent-elles améliorer les résultats des élèves ?

4 – Améliorer le travail collaboratif entre élèves

Les nouvelles technologies amènent à davantage collaborer dans les classes. Grâce à différentes applications, les élèves peuvent travailler et écrire, en un mot partager leurs idées, leurs réflexions sur le même document, en simultané. Ces outils modernes d’enseignement vont aider les élèves à améliorer leur apprentissage. En effet, selon plusieurs études, l’échange de points de vue divergents, les interactions et l’entraide entre les élèves, la coordination des actions et la construction des savoirs facilitent la compréhension et l’appropriation des nouvelles données.

5 – Personnaliser les apprentissages

Le numérique favorise un apprentissage adapté au rythme de chaque élève. Celui-ci a la possibilité de recommencer l’exercice autant de fois qu’il le souhaite et peut revenir sur une notion mal comprise.

« On peut adapter le support à l’enfant et à ses besoins. Par exemple, les enseignants peuvent s’appuyer sur la tablette pour imaginer un travail contenant des contenus audio adaptés aux élèves allophones qui ne maîtrisent pas encore l’écrit »,

précise Cyril MISTRORIGO, chef de projets pédagogiques chez SOPHIAE.

Enfin, ces outils permettent à l’enseignant de concevoir des exercices ou des tâches individualisés de manière plus simple et plus rapide, pour adapter le rythme d’apprentissage aux facultés de chacun, par groupes et/ou par niveaux.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l’article : Réalité augmentée à l’école : vers de nouveaux outils d’apprentissage