Réalité augmentée à l’école : vers de nouveaux outils d’apprentissage


la réalité augmentée à l'école

La réalité augmentée – qui consiste à afficher des éléments virtuels dans le monde réel – n’a pas cessé de se développer. Si cette technique s'est faite une place dans le monde des jeux vidéos, elle présente également un énorme potentiel pour le secteur de l’Éducation. Aujourd'hui, de nombreuses applications proposent de nouveaux outils d'apprentissage ludiques et didactiques. Realease Capital interroge la place et les apports de la réalité augmentée au sein des écoles.

La réalité augmentée pourrait-elle faire son entrée dans les classes ? Selon une étude publiée par International Data Cor (IDC), la demande pour les technologies de réalité augmentée et réalité virtuelle connaîtra une croissance par rapport à 2017. IDC s'attend à ce que les dépenses consacrées à ces technologies et services atteignent un taux de croissance annuel sur cinq ans de 72% au cours de la période 2017-2022 dans différents secteurs incluant les biens de consommation et l’Éducation. Une tendance qui n' pas échappé au géant informatique Apple. Durant la WWDC, la conférence annuelle des développeurs, Tim Cook a réaffirmé sa position de leader sur le secteur de la réalité augmentée. Une technologie qui selon le PDG de la marque à la pomme allait « changer la façon dont nous utilisons la technologie pour toujours ». Preuve : le développement d'ARKit qui a vu le jour avec IOS 11 et qui passe en version 2.0 sur IOS 12. Cette plateforme permettant notamment aux développeurs d’intégrer des expériences partagées de réalité augmentée (RA) liées à des endroits spécifiques, devient encore plus performante. Une bonne nouvelle pour le monde de l’Éducation, un secteur convoité par la firme américaine qui avait présenté en mars dernier un nouveau modèle de sa tablette tactile permettant d'utiliser ARKit, le système de réalité augmentée d'Apple, pour lequel de nombreux usages en lien avec l'enseignement ont été développés.

Hexagone :
les prémices de l’ère digitale

 Si aux États-Unis, la réalité augmentée se fraie un chemin dans le secteur de l’Éducation, en France, cela reste plus compliqué. « Nous sommes aux prémices de l’ère digitale avec des contenus pédagogiques en réalité augmentée. Les professeurs sont jeunes et ont envie de capter l'attention de leurs élèves avec de nouveaux outils. Mais nous devons y aller étape par étape », confie Bryan Recher, co-fondateur du projet Mirage Make (accessible sur PC, smartphone, et tablette), qui permet de créer des documents pédagogiques augmentés. Avec cette application, l'accent est placé sur la facilité d'utilisation pour les élèves et les professeurs : « Cette opération doit être réalisable en 3 clics : Après le téléchargement de votre fichier, vous obtenez un QR Code que vous scannez pour accéder à une image, une vidéo, un élément sonore, un objet 3D… », explique le co-fondateur de Mirage Make. A l'instar de cette start-up française, d'autres sociétés développent de nouveaux usages à destination du monde de l’Éducation. C'est le cas de EON Reality France, spécialisée dans les logiciels de réalité virtuelle, les systèmes immersifs 3D et les applications serious games ou simulation-based-learning (SBL). L'entreprise a créé des supports en réalité augmentée et réalité virtuelle actuellement exploités en tant que séquences pédagogiques dans plusieurs établissements scolaires des départements de Mayenne et de Sarthe. De plus en plus de nouvelles applications en réalité augmentée vont encore plus loin et proposent aux élèves des nouvelles expériences d'apprentissage. Avec Froggipedia, développée par deux créateurs indiens, les cours de dissection passent en mode virtuel. A l'aide d'un stylet compatible avec un Ipad, l'enfant peut inciser méthodiquement la grenouille, visualiser en détail les organes pour comprendre leur fonctionnement. Quant à  Boulevard AR, elle permet d'admirer les différents tableaux de la collection de la National Gallery de Londres, de découvrir l'histoire des tableaux et d'en apprendre plus sur leurs auteurs grâce à des guides intégrés.

Photo : © MirageMake

Réalité augmentée :
Un manque d'équipements informatiques et de formations pour les enseignants

Malgré la volonté de ces entreprises, la réalité augmentée reste peu utilisée dans les classes françaises. Les raisons évoquées par les spécialistes de ce secteur sont les suivantes : le manque de matériel informatique performant et l'absence de formation des enseignants à cette technique innovante . « Les professeurs sont assez réticents car ils ne sont pas formés à ces technologies dans les écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE) où l'aspect académique et le volume horaire prennent le pas sur la découverte d'activités pédagogiques exploitant de la réalité augmentée », souligne Emmanuel Quatrefages, chef projet au sein de Sophiae, solution Conseil & Formation aux nouvelles technologies pour l’Éducation, qui propose une initiation au développement et à l'utilisation de la réalité augmentée et qui intégrera cet apprentissage dans les programmes de E63, l’école supérieure du numérique by Sophiae, à la rentrée prochaine. « Aujourd'hui, on ne peut pas se passer de la réalité augmentée dans l'enseignement », insiste cet ancien enseignant et chef d’établissement scolaire.

Réalité augmentée :
un enrichissement pour les élèves et les professeurs

Gilles Tisseraud, professeur des écoles et maître formateur, en est lui-aussi convaincu. Il croit beaucoup à la formation de ses collègues et à la diffusion des pratiques. « Les enseignants ont plein de questionnements vis à vis de ces nouvelles techniques. Certains pensent à une finalité alors que c'est un outil. Lorsqu'on arrive à montrer au personnel éducatif que la réalité augmentée va juste enrichir leur travail sans changer les choses, cela les rassure », confie l'enseignant. Gilles Tisseraud s'intéresse à la différentiation pédagogique, à savoir l'idée de réfléchir sur les chemins les plus adaptés aux élèves pour réussir un apprentissage. C'est dans ce cadre d'ailleurs qu'il s'est tourné vers différentes techniques comme la réalité augmentée. « Pour moi, l'important ce n'est pas de produire des documents sources en fonction des élèves mais d'avoir un seul document source avec plusieurs ouvertures (texte lu, vidéo..), qui enrichissent le document initial pour permettre à tous les enfants, quelque soit leur niveau, d’accéder aux contenus pédagogiques », conclut le professeur des écoles qui utilise l'application Mirage Make.

Photo : © GillesTisseraud

 

A lire aussi :
Le numérique à l'école : Comment accompagner les enseignants vers la transition ?